Dépression et Burn-out

Hypnose Ericksonienne, magnétisme, soins esséniens à Grenoble et en Chartreuse

Traiter la dépression par l’hypnose

 

sylvie tournon dépression Grenoble

Qu’est-ce que la dépression ?

 Le mot “dépression” est passé si facilement dans le langage courant qu’il cache une réalité bien mal comprise.
Contrairement à ce que l’on pense, la dépression n’est pas une fatalité et encore moins une faiblesse de caractère. Cette maladie, car il s’agit bien d’une maladie, peut toucher tout le monde, avec une souffrance importante qui nécessite une prise en charge par un psychologue et (ou) un psychiatre.
La dépression ne se traduit pas par de la tristesse, des idées noires ou de la déprime. En effet il peut y avoir des moments de coup de cafard, des questionnements pour certains et cela fait partie de la vie.
La vie est faite de périodes ou chacun de nous expérimentons tout un éventail d’émotions, de tristesse ou de joie. Cela représente des expériences humaines normales. Ces variations de l’humeur ne peuvent pas être confondues avec un état de dépression.

La dépression est donc une maladie qui regroupe les facteurs suivants :

  • Multiples perturbations de l’humeur bien caractérisées
  • Ces perturbations se manifestent d’une façon quasi permanente, pendant une période de plus de deux semaines.
  • Des gènes importantes surviennent dans le quotidien comme la difficulté à se lever, de rentrer en action (travail), de faire les tâches quotidiennes, de se faire plaisir, une tristesse inhabituelle, souffrance morale ou impression d’être coupé de l’entourage…

Les symptômes de la dépression

La dépression entraîne un ralentissement dans tous les registres de la vie quotidienne :

Vie affective : être à plat

  • Tristesse
  • Incapacité à éprouver du plaisir
  • Hypersensibilité émotionnelle
  • Impression d’être abandonné(e), d’être inutile, d’être seul(e)
  • Anxiété

 

 Fonctionnement intellectuel : voir tout en noir

  • Ralentissement intellectuel
  • Diminution de l’attention, de la mémoire, de la concentration
  • Dévalorisation de soi et culpabilité
  • Pensées négatives
  • Pensées autour de la mort

 

Mécanisme du corps : tout se dérègle

  • Dégradation du sommeil
  • Altération de l’appétit
  • Problèmes sexuels
  • Symptômes physiques

 

Les différentes formes de dépression

  1. Quand la dépression se manifeste sous forme d’épisode(s) : on dit alors “épisode dépressif caractérisé” ou “épisode dépressif majeur”.
  2. Quand la dépression s’installe dans le temps, on parle alors d’une dépression chronique.
  3. Lorsqu’il y a alternance entre des phases de dépression et des phases de surexcitation, on parle alors  de troubles bipolaires, qui constituent un trouble spécifique de la dépression.

Ce ralentissement entraînant de multiples symptômes et qui persiste au-delà de quinze jours doit alerter et amener la personne à consulter un professionnel de santé. Il est parfois difficile de faire un repérage de ces symptômes dans la mesure où la personne est en difficulté de juger par elle-même étant donné son état psychologique. Il est important aussi que les proches puissent détecter les signaux apparents.

Ce que l’hypnose va apporter pour traiter la dépression

Tout d’abord, l’hypnose est un outil très important dans la prise en charge de la dépression. Pendant que vous mettez en place un suivi avec un psychiatre ou un psychologue, avec un traitement approprié, les séances d’hypnose seront un complément idéal pour vous faire cheminer. Avec des protocoles adaptés, vous allez retrouver le goût, reprendre le goût à la vie. Il y a deux choses importantes qu’il faut mettre en place :

  1. Baisser le stress
  2. Se remettre en action et dissiper le cercle vicieux “moins on fait de chose, plus on est déprimé et plus on est déprimé, moins on fait de choses”

La séance d’hypnose va vous permettre d’être capable “d’être bien”, de retrouver le goût aux choses, que rien n’est mort à l’intérieur et que la dépression est un passage temporaire.

Comme l’appétit vient en mangeant, la déprime part en “faisant”, en ayant des sources de joie, de plaisir, en s’impliquant dans la vie même si au départ on s’en sent incapable. Oui, il y a quelque chose de vivant qui ne demande qu’à être révélé par un suivi en hypnose Ericksonienne.

Traiter le burn-out, pathologie du stress, pathologie de civilisation

 

sylvie Tournon burn-out Grenoble

“En acceptant la limite,
En connaissant la limite, 
Vous transcendez la limite,
Vous êtes sans limite”
Swami Pragnanpad

Le syndrome d’épuisement professionnel, également désigné par  burn-out, combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle et un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail. Le syndrome d’épuisement professionnel est considéré comme le résultat d’un stress professionnel chronique (par exemple, lié à une surcharge de travail) : l’individu, ne parvenant pas à faire face aux exigences adaptatives de son environnement professionnel, voit son énergie, sa motivation et son estime de soi décliner.

Un processus insidieux

Subir son travail au lieu de s’y épanouir
Ne plus être maître de son temps

Le burn-out est un processus, et non un état, processus qui peut avoir différents degrés de gravité. Nous ne sommes pas obligés d’aller jusqu’au fond pour rebondir, sachant que l’évolution d’un burn-out est très lente. Un jour, l’individu arrive au bout du bout de l’épuisement et on peut entendre : “soudain j’ai craqué”, “il/elle a pété les plombs”. La personne qui en est atteinte ne s’en rend pas compte immédiatement, pas plus que son entourage. Au fur et à mesure, elle va perdre contact avec elle-même, s’oublier et finir par ne plus percevoir ses limites. Et puis, c’est la perte de contrôle…

Ce que n’est pas le burn-out

  • Le burn-out n’est pas une nouvelle catégorie de maladie psychiatrique mais une spirale dangereuse susceptible de conduire au basculement dans la maladie – dépression ou maladie somatique et à la désinsertion sur le plan professionnel social et familial.
  • Le burn-out n’est pas référencé au cim 10 ni au dsm V.
  • Le ressort de ces classifications médicales que le burnout ne se caractérise pas par un diagnostic clinique unique et précis faisant état à la fois de symptômes et de causes établis.
  • En revanche, le burn-out est défini comme un syndrome : le syndrome d’épuisement professionnel qui regroupe un ensemble de signes cliniques et de symptômes qui apparaissent progressivement chez l’individu (sans référence à un élément causal dans sa définition).

Dans notre société, l’hyperactivité est survalorisée. Dès lors, les gens ne sont pas évalués sur les bons critères. On leur demande de faire mille choses à la fois, d’aller le plus vite possible, et avec les nouveaux moyens de communication, de toujours répondre dans les cinq minutes. On les surcharge de travail et d’information dont la plupart ne les concernent pas. Tout en faisant fi de leur désir d’exécuter un travail de qualité”,  explique la psychologue Catherine Vasey.

Le principe de base, c’est de ne pas focaliser sur ce qui est stressant, usant, mais sur la façon dont on peut prendre soin de soi. Se ressourcer  au travail, voilà l’objectif. Qu’est-ce qui a du sens dans mon travail ? Qu’est-ce qui me motive, m’apporte de la satisfaction ? Autant de questions à se poser pour tenter de trouver un juste équilibre entre des tâches ressourçantes  et d’autres plus usantes, sans oublier les pauses à s’accorder tout au long de la journée,  même de toutes petites, pour relâcher les tensions. Il suffit de bouger un peu en s’étirant, en montant les escaliers, ou en faisant une petite promenade. Rester statique, surtout derrière un ordinateur ne fait qu’accumuler les tensions. L’objectif final de toutes ces petites attentions envers soi-même : ne plus terminer une journée de travail en étant complètement épuisé, au point de ne plus pouvoir s’investir dans sa vie privée. Il n’est pas juste de sacrifier toute son énergie au travail.

“On ne change pas les choses en s’opposant à ce qui existe déjà, mais en construisant un nouveau modèle qui rend l’ancien obsolète.”
R.B. Fuller

En résumé

Le burn-out dépasse le cadre de la pathologie de l’individu, il est pathologie de relation :
relation de l’individu à la société. En d’autres termes, l’épuisement professionnel n’interroge pas seulement l’homme ou la société, mais leurs rapports. C’est une “ pathologie de civilisation”.
Qu’est-ce qui caractérise le burn-out ?
Quels sont les mécanismes conduisant à l’augmentation de sa fréquence d’apparition ? Pourquoi est-ce une pathologie de civilisation ?
Comment prévenir et lutter contre ce mal ?
Autant de questions que nous nous posons et auxquelles il nous conviendra de répondre.

Ce que l’hypnose peut apporter

Il faut savoir que l’hypnose est un outil extraordinaire dans le traitement de l’épuisement professionnel. C’est un formidable outil pour aider les gens à identifier leurs problèmes et à changer de comportements. Tout l’équilibre d’une personne tient à tout ce qui la sépare de son travail : la famille, les amis, les activités, les distractions… En accordant de l’importance à ces facteurs, la personne sera d’autant plus concentrée au travail !

La durée du travail en hypnose pour gérer un trouble lié au burn-out professionnel variera d’un individu à l’autre, mais quelques séances suffiront.

L’hypnose qui tient compte de la globalité de l’être peut m’amener à vous orienter vers le magnétisme ou les soins esséniens, suivant vos besoins ou vos priorités. En effet, il y a une complémentarité qui s’est mise en place de façon naturelle entre ces différents soins qui permet de vous enrichir et de mieux vous accompagner.

sylvie tournon burn out Chartreuse